Rafael Zegarra-Parodi, français et péruvien, est ostéopathe depuis 1997 et exerce en libéral à Paris. Il est également enseignant et chercheur en ostéopathie et transmet son savoir-faire dans différents centres de formation en ostéopathie en Europe et aux USA. Rafael a notamment été chercheur à temps plein à l'A.T. Still Research Institute aux USA, la première université d'ostéopathie créée en 1892,  et a également été le responsable des mémoires de fin d'études au sein de l’University College of Osteopathy à Londres, la première université d'ostéopathie en Europe.

Son chemin personnel l’a amené à explorer les médecines traditionnelles, à rencontrer et travailler avec des hommes et femmes médecine Lakota, une tribu amérindienne, ainsi qu’avec des curanderos Shipibos, une tribu de l’Amazonie péruvienne. Que ce soit au sein de l’alliance thérapeutique (la relation patient-praticien tout au long de la consultation d’ostéopathie) ou les effets thérapeutiques après les mêmes techniques ostéopathiques effectuées depuis des années, ses patients étaient de plus en plus nombreux à témoigner de changements sur des plans qui pouvaient s'exprimer au-delà de la partie biomécanique et qui parfois pouvaient réveiller des traumatismes anciens associés à des symptômes physiques. Certains patients avaient également trouvé dans la dimension spirituelle un moyen de donner du sens à l'intensité des expériences vécues. Historiquement, les ostéopathes ont été des précurseurs dans ce type d'approches centrées sur la personne qui s'intéressent non seulement aux symptômes mais également à l'expérience individuelle vécue par les patients.

Pour les ostéopathes et thérapeutes manuels désirant aujourd'hui se former sur ces sujets, les informations disponibles sont cependant principalement basées sur des avis d'experts et reposent majoritairement un discours ne promouvant pas l'analyse critique. Cela pouvait rendre ardu de pouvoir traiter de façon professionnelle ces sujets s’ils venaient à être abordés avec un patient dans le cadre d’une prise en charge ostéopathique. Ceci apparaissait d'autant plus frustrant que l'ostéopathie est la seule profession manuelle à considérer de façon explicite chaque personne comme une interaction dynamique entre le "body", le "mind" et le "spirit" bien que ce principe ostéopathique "body-mind-spirit"  introduit en 2002 (Rogers et al.) demeure non défini clairement à ce jour.

Pour impulser une dynamique de changements, Rafael a co-écrit avec Dr Jerry Draper-Rodi et Dr Francesco Cerritelli les premiers articles scientifiques en thérapies manuelles qui abordent l'influence de cet héritage culturel et historique que l'on retrouvé dans nos pratiques occidentales actuelles. Publier dans une revue scientifique suppose de présenter de façon claire et rationnelle un sujet afin de favoriser l'esprit critique, tel que cela existe pour toutes les professions de santé. Cette démarche d'Evidence-Informed Practice (EIP) commune aux professions de santé permet d'améliorer l'ensemble des pratiques professionnelles et, au final, la qualité des soins prodigués aux patients. 

Rafael est le premier auteur de deux articles scientifiques importants dans les thérapies manuelles.

Le premier propose d’intégrer la dimension spirituelle en santé dans le modèle biopsychosocial en tant que facteur pronostic supplémentaire, avec pour objectif d’optimiser l’alliance thérapeutique (relation patient/ostéopathe). Le second aborde spécifiquement sous l'angle des neurosciences l'héritage culturel traditionnel issu des observations d'A.T. Still qu'il introduisit par la suite dans les principes et pratiques en ostéopathie et que l'on retrouve encore de nos jours.

Les expériences multiculturelles de Rafael en tant qu'enseignant aux USA, en UK et en France l’ont aidé à proposer un modèle pédagogique novateur qui permet aux ostéopathes et aux thérapeutes manuels d'explorer dans un cadre rationnel leurs perceptions lors de la palpation après plusieurs exercices modélisés en neurosciences. Le modèle #native, déjà présenté dans des congrès scientifiques, propose aux praticiens une réflexivité sur l'interprétation clinique des perceptions associées à la palpation, notamment celle qui fait appel à une approche manuelle intuitive utilisée par exemple lors des techniques ostéopathiques crâniennes, viscérales ou myofasciales afin d'améliorer leur efficacité clinique auprès des patients. 

Proposer des formations continues à des professionnels en exercice suppose également une évaluation objective de l'acquisition des compétences professionnelles proposées. Pour cela il fallait également créer des auto-questionnaires spécifiques que chaque stagiaire remplit depuis son smartphone et qui sont ensuite intégrés dans un portfolio individuel. Cet outil permet un retour objectif pour chaque ostéopathe dans sa réflexion clinique individuelle et peut contribuer à délimiter de futurs besoins pour son développement professionnel continu. 


Les bases d’un centre de formation continue professionnelle, novateur, étaient donc établies afin de promouvoir une pratique professionnelle de l'ostéopathie intégrée dans le paysage sanitaire français, comme cela est déjà le cas dans les pays anglo-saxons.

Avec Guillaume Renaud de la Faverie, compagnon de route de longue date, ils créent la société « BMS Formation » dont la Vision est: proposer à tous les ostéopathes une approche moderne de l’ensemble de nos pratiques professionnelles historiques et de nouvelles perspectives d’évolution grâce à des modèles de pratique centrés sur le patient, appuyés par les neurosciences, et qui reposent sur le principe ostéopathique "body-mind-spirit".


BMS Formation, organisme de formation désormais Datadocké, propose à tous les ostéopathes 4 formations continues: #native, #hope, #spidi et (Я)EVOLUTION et de la superVision professionnelle qui permettent chacune de développer des compétences professionnelles afin de mieux accompagner leurs patients dans une prise en charge ostéopathique centrée sur le patient.